Une victoire en Cour d’appel pour le Corridor vert à Léry!

par La SCABRIC

SOS forêt Fernand Séguin

*******RECTIFICATION à la dernière Infolettre de SOS Forêt Fernand-Seguin******

Une victoire en Cour d’appel pour le Corridor vert à Léry!

C’est le gouvernement du Québec qui contestait sa participation à ce procès!

L’administration municipale de la Ville de Léry vient d’éclaircir notre compréhension de l’évolution du litige en nous faisant parvenir de nouvelles informations concernant cette victoire en Cour d’appel.

Contrairement à ce que nous vous avons écrit dans notre précédente infolettre, on nous apprend que ce ne sont pas les propriétaires et promoteurs qui contestaient la participation du gouvernement du Québec mais bien le gouvernement du Québec lui-même.

C’est la Ville de Léry qui aurait demandé une intervention forcée du procureur général, qui fût contestée par ce dernier, mais qui fût finalement accueillie par la Cour d’appel.

Le jugement de la Cour d’appel force donc le gouvernement du Québec à participer à ce procès et à défendre ses orientations en matière de protection des milieux naturels.

Le jugement de la Cour demeure quand même une très bonne nouvelle…

Suite à ce jugement, le rapport de force est toujours sérieusement modifié car les promoteurs n’attaquent plus seulement une petite ville de 2 400 habitants mais, la MRC de Roussillon, la CMM (82 villes, 4 millions d’habitants) et le gouvernement du Québec.

sos fernand seguin

Les promoteurs voulaient exclure le gouvernement du Québec des poursuites.

Des poursuites déposées en 2015….

Dès l’adoption par la ville de Léry des règlements d’urbanisme qui limitent l’impact du développement résidentiel dans le Corridor vert, un groupe de propriétaires et de promoteurs immobiliers déposaient des poursuites contre la ville de Léry et la MRC de Roussillon. Ces poursuites visent principalement à nier le droit des villes à limiter le développement et exigent près de 50 millions de dollars en compensation. Les membres du conseil de ville de Léry se sont tenus debout et n’ont jamais plié devant une telle menace qui pourtant représentait plus de 10 fois leur budget annuel. Bravo!

La CMM et le gouvernement du Québec embarquent dans l’aventure judiciaire

Mais ce genre de litige s’étire toujours et exigeait de la part des citoyens de Léry des investissements considérables en frais d’avocats. Heureusement, la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) qui regroupe 82 municipalités et le gouvernement du Québec ont reconnu leur responsabilité en matière de protection des milieux naturels et ont pris en charge la défense de ce litige. Cette prise en charge soulageait ainsi la ville de Léry et la MRC de Roussillon de ce fardeau légal et financier et permettait à la cause du Corridor Châteauguay-Léry de profiter de l’expertise reconnue d’un Cabinet d’avocats prestigieux.

La saga des contestations

Le monde judiciaire étant ce qu’il est, les propriétaires et les promoteurs ont contesté la participation du gouvernement du Québec et obtenu gain de cause en première instance mais, heureusement pour nous, ont perdu en Cour d’appel!

La bonne nouvelle

Suite à ce jugement, le rapport de force est sérieusement modifié car les promoteurs n’attaquent plus seulement une petite ville de 2 400 habitants mais, la MRC de Roussillon, la CMM (82 villes, 4 millions d’habitants) et le gouvernement du Québec.

À suivre…

Cour d’appel, Greffe de Montréal. 15 août 2019. Dossier No : 500-09-027388-180

La Rés-Alliance de la Saint-Régis une mobilisation qui se poursuit

par La SCABRIC

Les partenaires de la Rés-Alliance de la rivière Saint-Régis ont développé ensemble un plan d’action pour l’adaptation aux changements hydroclimatiques. La Ville de Saint-Rémi s’est ajoutée à la démarche d’adaptation.

De ce plan d’action, plusieurs activités ont démarré, notamment :

  • Un projet d’accompagnement auprès des producteurs agricoles riverains de la rivière Saint-Régis à Saint-Constant et Saint-Isidore. Sept des 12 participants à la rencontre du 13 mars dernier ont démontré leur intérêt à implanter de nouvelles pratiques agroenvironnementales sur leur propriété. Notre équipe et nos partenaires les accompagneront.
  • Un arrimage avec le projet RADEAU piloté par le MAPAQ a démarré. Les discussions actuelles pointent vers la réalisation d’un projet pilote pour améliorer le bilan hydrique d’une portion du parc industriel de Saint-Rémi est en discussion.
  • La Ville de Saint-Constant élaborera un projet de site de démonstration des bonnes pratiques pour l’infiltration de l’eau en milieu urbain qui devrait se dérouler dans les prochaines années.
  • La Ville de Sainte-Catherine est toujours en recherche de financement pour compléter le projet de stabilisation des rives de la Saint-Régis qui traverse son territoire.

La Rés-Alliance de la Saint-Régis a été présentée dans deux congrès dernièrement :

La Rés-Alliance est un projet financé par le Fonds vert dans le cadre d’Action-Climat Québec, un programme du Ministère du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques découlant du Plan d’action 2013-2020 sur les changements climatiques.

La protection des sources d’eau potable : un enjeu criant!

par La SCABRIC

Entre 2014 et 2015, le règlement sur le prélèvement des eaux et leur protection est progressivement entré en vigueur. Ce règlement prévoit la mise en place de plans de protection des sources d’eau souterraine et de surface utilisées à des fins de consommation.La SCABRIC est interpellée par ce règlement à plusieurs niveaux.

Tout d’abord, l’équipe de la SCABRIC se perfectionne afin de soutenir les municipalités qui entreprendront la création de leur plan de protection qui doit être transmis au ministère de l’Environnement du Québec au plus tard le 1er avril 2021. Plusieurs étapes peuvent être réalisées conjointement. La SCABRIC a d’ailleurs plusieurs contacts avec des hydrogéologues pour réaliser les études supplémentaires, parfois nécessaires.

Ensuite, le plan directeur de l’eau de la Zone Châteauguay indique clairement, dans ses priorités, une problématique actuelle et/ou future de qualité et de quantité de l’eau potable. Ces problématiques sont définies par les acteurs du milieu.

Quelques sources de financement sont disponibles en lien avec la création ou l’application des zones de protection de l’eau potable. N’hésitez pas à communiquer avec la SCABRIC pour plus d’informations!

CARAVANE SANTÉ DES SOLS - Atelier gratuit!

par La SCABRIC

logo ambioterra

COMMUNIQUÉ
Pour diffusion immédiate

Projet d’Ambioterra pour de meilleures pratiques agricoles
Participez à notre journée de démonstration gratuite du 11 octobre à Elgin!

Saint-Chrysostome, 9 septembre 2019 – Le Groupe Ambioterra organise une journée de démonstration gratuite sur LA SANTÉ DES SOLS EN MILIEU AGRICOLE ! La Caravane Santé des sols est opérée par une équipe de trois conseillers du MAPAQ. Ceux-ci font le tour de la province pour former des producteurs sur différents aspects liés à la santé des sols : les profils de sol, la perméabilité du sol et le drainage, la vie dans le sol et la stabilité structurale du sol ainsi que le balancement du tracteur et l’ajustement de la pression des pneus. Dans le cadre de son projet initié dans le bassin versant de la rivière Trout pour améliorer les pratiques agroenvironnementales, Ambioterra a donc invité la Caravane Santé des sols à présenter ses ateliers lors d’une journée de démonstration qui se déroula à la ferme maraichère biologique de James et Nora Quinn au 1000, 3ième concession à Elgin, le 11 octobre de 12 h 30 à 16 h. Ce projet est financé par le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, dans le cadre du programme Prime-Vert, et par la Fondation Echo.

Depuis 2014, l’équipe d’Ambioterra a réalisé divers aménagements d’ilots fleuris et de restauration des berges en milieu agricole en Montérégie Ouest. « La protection des bandes riveraines est un des éléments permettant d’améliorer la qualité de l’eau pour l’humain et la faune à long terme, c’est un travail de longue haleine qui concerne tout le monde et non seulement les écologistes », mentionne James Quinn, propriétaire volontaire et producteur maraicher biologique.

Karel Ménard, président d’Ambioterra, poursuit : «À long terme, l’amélioration des pratiques agricoles permet aux agriculteurs d’économiser de l’argent en conservant les sols agricoles en place et en rendant ceux-ci plus productifs. »

C’est gratuit, venez donc nombreux à cet événement qui aura lieu le 11 octobre à partir de 12 h 30 au 1000, 3ième concession à Elgin ! Inscrivez-vous dès maintenant, car les places sont limitées. Vous voulez en savoir davantage: communiquez avec nous par téléphone, courriel ou visitez notre page Facebook ou notre site Internet au www.ambioterra.org.

– 30 –

Pour plus d’information : Stéphane Gingras
Ambioterra
info@ambioterra.org
(450) 637-8585
www.ambioterra.org

Biodiversité : une invitation à vous mettre en action!

par La SCABRIC

Salaberry-de-Valleyfield, le 23 août 2019 Le Comité Zone d’intervention prioritaire (ZIP) du Haut Saint-Laurent collabore actuellement avec les Municipalités de Saint-Anicet, Les Coteaux et la Ville de Salaberry-de-Valleyfield à développer un projet de trois bandes riveraines modèles différentes.

Le Comité ZIP invite les citoyens à participer à la plantation de ces aménagements dans la municipalité de leur choix. Les gants et les outils sont fournis! En présence d’un biologiste et d’une aménagiste d’expérience, les bénévoles auront la chance d’en apprendre davantage sur l’aménagement d’une bande riveraine. Quelles sont les espèces à favoriser? À quoi sert la bande riveraine? Pourquoi est-ce si important dans un contexte de changements climatiques? Une activité qui sera à la fois amusante et éducative. Les familles sont les bienvenues!

Plus d'informations

Appel à l'action

par La SCABRIC

Grâce aux efforts du groupe de travail pour l’appel à l’action, ainsi que l’implication active des participants lors du Grand forum, un appel à l’action a émergé, invitant les acteurs de la recherche, les élus et les professionnels municipaux à contribuer à une réelle transformation de nos systèmes pour accroître la résilience des communautés et faciliter l’adaptation aux changements climatiques.

Cliquez sur le lien appel à l'action pour consultez le document.

Un saumon Chinook dans la Châteauguay!

par La SCABRIC

Saumon Salmon 5 sur 1

Un saumon Chinook dans la rivière Châteauguay

Crédits photos : Lucie Pépin

La présence de saumons dans la Châteauguay n'est plus une légende urbaine.

Madame Lucie Pépin nous a gracieusement remis 2 photos d'un saumon Chinook qu'elle a prises le 14 octobre 2018.

Merci Madame Pépin pour votre générosité! 

Vous pouvez suivre ce lien et voir d'autres photos de Madame Pépin https://www.flickr.com/photos/126066698@N06/page1.

 

 

Aiguisez vos oreilles pour reconnaître la rainette faux-grillon en Montérégie!

par La SCABRIC

La rainette faux-grillon est une espèce en situation précaire, désignée tant au Québec qu’au Canada. Dans les années 1950, cette petite grenouille était présente partout en Montérégie. Aujourd’hui on la trouve principalement dans six noyaux de populations, dans des endroits qu’elle partage avec une grande diversité biologique. Les principales menaces sont les développements urbains et agricoles et… les castors, qui ennoient les habitats qu’elle utilise. Un suivi annuel est nécessaire, car le déclin est rapide et les rainettes ne survivent généralement qu’un an. Le suivi est essentiel pour assurer que les efforts de conservation de cette espèce typique de nos milieux montérégiens soient orientés aux bons endroits.

Cette rainette discrète utilise pour se reproduire des étangs temporaires, qui seront remplis d’eau seulement de mois d’avril au mois de juin. Durant la période de reproduction, qui dure environ deux semaines en avril, le jour, les mâles chante fort pour attirer les femelles. Écouter ces chorales de rainettes est la seule manière efficace de réaliser les inventaires.

Depuis 2004, l’organisme Ciel et Terre mobilise des spécialistes de l’espèce et forme à chaque année des bénévoles pour suivre l’évolution de ces populations. Le 10 mars dernier, une vingtaine de nouveaux bénévoles participaient à la formation qui les a initiés à la manière de réaliser les inventaires acoustiques dans les secteurs ciblés.

Ainsi, au cours des prochaines semaines, plusieurs groupes de spécialistes, accompagnés de bénévoles spécialement formés, se promèneront dans les secteurs où la rainette est encore présente pour écouter ses chants printanier et documenter la situation de chacune des populations.

JUIN, le mois de l'eau! Pique-niques au fil de l'eau

par La SCABRIC
Crédit : ROBVQ

 

Crédit photo : ROBVQ

 

La SCABRIC est l'organisme de bassin versant de la Zone Châteauguay. Notre mission est de conserver et d'améliorer la qualité de l'eau dans nos bassins versants.

Au printemps 2017, le gouvernement du Québec a désigné le mois de juin comme le mois de l'eau au Québec. En juin 2018, en collaboration avec certaines municipalités de notre territoire et dans le but de souligner l’importance de cette inestimable ressource, nous avons fait des pique-niques au fil de l’eau.

La SCABRIC veut faire un événement annuel de ses « pique-nique au fil de l’eau ». Dès que les dates des pique-niques seront connues, nous les afficheront dans la section événements à venir de notre site internet www.scabric.ca et sur notre page Facebook.

Si vous désirez organiser un pique-nique, vous pouvez toujours communiquer avec votre ville afin que celle-ci communique avec nous au 450.427.0911 ou à president@scabric.ca.

Fonds Climat-municipalités - phase 2

par La SCABRIC

Le MELCC vient de lancer la phase 2 du fonds Climat-municipalités.

Deuxième appel à projets de Climat municipalités : les organismes municipaux invités à présenter des projets novateurs de lutte contre les changements climatiques.

Jusqu'à 1M$ pour les municipalités qui soumettent des projets d'ici le 20 septembre 2019 pour des projets à réaliser d'ici le 31 mars 2020. Voir les détais, en suivant le lien, du Programme Climat municipalités - Phase 2.

 

Retour sur la Soirée des Pionniers

par La SCABRIC

Voici les pionniers de la SCABRIC de gauche à droite sur la photo : Monsieur Stéphane Hanley, Monsieur Donald Fryer, Monsieur Gérald Brisebois, Monsieur Serge Bourdon, Madame Diane Marcoux, Monsieur André Chenail et Monsieur Don Rosenbaum. Absent sur la photo : Monsieur Léo Myre.

Vous pouvez voir d'autres photos en suivant ces liens :

Paul Piché lors de notre Soirée des Pionniers

Richard Motard, vice-président de la SCABRIC et Madame Lise Michaud, mairesse de Ville Mercier

Madame Lise Michaud, mairesse de Ville Mercier lors de son allocution de bienvenue

Madame MarieChantal Chassé, Députée Caquiste De Châteauguay, Ministre De L'Environnement

 

La qualité de l'eau de nos rivières

par La SCABRIC

Chaque année, la SCABRIC a, à sa disposition, des heures de laboratoire à la direction de l’expertise hydrique. Ces heures nous permettent de faire analyser la qualité de l’eau dans trois cours d’eau de la zone, le temps d’un été. Cette année, la SCABRIC a choisi un affluent de la rivière La Guerre à St-Anicet, la rivière de la Tortue à St-Mathieu et la rivière Hinchinbrooke à Athelstan. De plus, nous avons continué à prélever des échantillons dans les stations permanentes du Réseau-Rivières, et ce, une fois par mois, au début du mois.

Selon les données recueillies, l’indice de qualité bactériologique et physico-chimique (IQBP6) à la rivière de la Tortue a révélé une eau de qualité très mauvaise. Pour la rivière Hinchinbrooke, la qualité de l’eau varie de très mauvaise à bonne au cours de l’été mais se situe en général dans une eau de qualité satisfaisante. Finalement, l’affluent de la rivière La Guerre présente une eau de qualité mauvaise avec des moments où la qualité de l’eau passe à douteuse. Cette analyse se base sur neuf (9) prélèvements d’eau dont trois (3) en temps de pluie.

L’indice de qualité bactériologique et physicochimique (IQBP6) se divise en 5 grandes classes allant, en ordre de 0 à 100, de Très mauvaise, à Mauvaise, à Douteuse, puis à Satisfaisante et finissant à Bonne.

Les indices de qualité de l’eau des stations permanentes nous parviennent habituellement vers la fin décembre. Pour plus d’informations, n’hésitez pas à communiquer avec nous!

Offres de services

par La SCABRIC

Depuis quelques temps, la SCABRIC a décidé d’offrir son expertise à tous en créant des offres de services. Celles-ci ciblent toutes les sphères : municipales, agricoles, éducation et même citoyennes. Cette année, la SCABRIC a eu le privilège de travailler avec un citoyen pour la délimitation de la ligne des hautes eaux sur son terrain, avec des municipalités pour de la formation sur les bandes riveraines et des caractérisation de zones d’érosion, des MRC pour une caractérisation des obstacles aux libres écoulement de l’eau, qui nous a aussi permis de vérifier les zones d’érosions majeures et les zones de sédimentation, la création d’outils de sensibilisation et le suivi des installations sanitaires et des écoles pour l’animation d’ateliers.

Nous espérons pouvoir continuer ces collaborations au fil des ans et en établir de nouvelles. Notre agente de l’environnement est d’ailleurs formée pour soutenir les municipalités pour les nouvelles réglementations en vigueur, telles que la loi sur les milieux humides et hydriques et le règlement sur le prélèvement des eaux et leur protection.

Voir nos Offres De Services

Caractérisation des obstacles pour les carpes asiatiques

par La SCABRIC

Au cours de l’été et de l’automne, la SCABRIC a caractérisé 11 barrages et chutes naturelles pour le Ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP), dans un projet de prévention de la dispersion des espèces exotiques envahissantes. Suite à cette caractérisation, le MFFP sera en mesure de déterminer si les carpes asiatiques, actuellement présentes dans le fleuve Saint-Laurent, sont en mesures de traverser ces barrages et d’envahir nos rivières. Les barrages analysés se trouvent sur les rivières Châteauguay, Trout, Saint-Louis, La Guerre, Outardes Est et le ruisseau Norton.


Afin de déterminer si les carpes sont assez vigoureuses pour traverser les barrages, des données de vitesse de l’eau, de profondeur de l’eau et de hauteur de la chute ont été mesurées. Ces caractérisation ont eu lieu à deux (2) moments dans l’année, soient en période de crue et en période d’étiage. Une troisième caractérisation a été faite pour quatre (4) barrages.


Le but ultime de cette caractérisation est de pouvoir cerner des endroits où agir pour empêcher la progression des carpes dans nos écosystèmes. Cette caractérisation a eu lieu sur l’ensemble du territoire québécois.

5 priorités du ROBVQ pour le prochain gouvernement

par Jeffrey Servant

Le ROBVQ profite du lancement de cette analyse des engagements des partis pour dévoiler ses priorités pour un prochain gouvernement. Alors qu’un grand pas a été franchi avec l’Adoption de la Stratégie québécoise de l’eau et de son premier plan d’action, il est désormais temps d’aborder de front des enjeux complexes comme la fiscalité municipale et environnementale ou encore la conciliation du développement agricole et de la conservation du territoire.

En lire plus

  LE ROBVQ DÉVOILE SON ANALYSE DES ENGAGEMENTS POUR L’EAU DES PRINCIPAUX PARTIS

par Jeffrey Servant
Le Regroupement des organismes de bassins versants du Québec (ROBVQ) a interrogé le Parti libéral du Québec, le Parti Québécois, la Coalition Avenir Québec et Québec Solidaire sur leurs intentions quant à la mise en application de la toute nouvelle Stratégie québécoise de l’eau, la conservation des milieux humides et hydriques, la protection des sources d’eau potable, la prévention et la gestion des risques d’inondation et la gestion intégrée des ressources en eau à l’échelle du bassin versant.

Aide financière pour la mise en place du PPASEP / RPEP

par Jeffrey Servant

Le gouvernement vient en effet d’annoncer officiellement le lancement du Programme pour une protection accrue des sources d’eau potable (PPASEP). Le PPASEP s’inscrit dans l’orientation 1 de la Stratégie québécoise de l’eau 2018-2030, dévoilée le 27 juin dernier, et dans la mesure 1.1.1 du plan d’action 2018-2023 qui l’accompagne. Le PPASEP découle de l’engagement du gouvernement du Québec d’offrir un soutien financier aux municipalités afin de les aider à se conformer aux obligations fixées par le Règlement sur le prélèvement des eaux et leur protection (RPEP); ce soutient s’élèverait à 30M$.

En lire plus