logo-SCABRIC4

 

  • La SCABRIC
     
  • Plan Directeur
     diagramme-bassin
    • Portrait

      Page couverture

      • Bassin Versant de la rivière Châteauguay

        plan-directeur-bg

        Portrait BV Rivière ChâteauguayPortrait BVrivchat

        Diagnostic BV Rivière ChâteauguayDiagnostic-BVrivchat

        Plan d'action BV Rivière Châteauguay partie 1planaction-BVrivchat1

        Plan d'action BV Rivière Châteauguay partie 2 planaction-BVrivchat1

         

        Note au lecteur

        Données présentées

        Les données présentées dans le portrait du bassin versant de la rivière Châteauguay proviennent d'une multitude de sources, comme l'indique la liste des références en fin de document. Les données ont été recueillies à des échelles variables de référence au territoire. Par exemple, certaines données sont à l'échelle des municipalités, d'autres sont à l'échelle des MRC, d'autres sont à l'échelle du bassin versant, d'autres sont à l'échelle de la Zone Châteauguay suite au redécoupage du Québec méridional, en zones de gestion intégrée de l'eau, d'autres encore sont à l'échelle 1 : 20 000, etc. Les données n'ont pas toutes la même précision. Certaines données proviennent de campagnes d'échantillonnage structurées et précises, alors que d'autres ont été récoltées de façon ponctuelle lorsqu'une occasion se présentait ou proviennent d'observations personnelles de citoyens informés du territoire. Certaines données présentées s'appliquent à plus d'une catégorie et sont parfois calculées en double. Certaines données sont vieilles de plusieurs années (plus de 25 ans), tandis que d'autres sont plutôt récentes (moins de 5 ans).
        En raison de toutes ces disparités de sources, d'échelle, de précision, de classification et de temps, il arrive que l'on présente deux données pour la même information ou que la somme des pourcentages équivalent à plus de 100%. D'autre part, les données présentées sont parfois arrondies à la décimale près, ce qui peut entraîner des discordances dans les additions des chiffres présentés.
        C'est le meilleur portrait qu'il a été possible de dresser à partir des données colligées au moment de la rédaction.
        Bonne lecture!

        Remerciements

        Pour réussir à remercier réellement tous les intervenants qui ont été contactés au cours des recherches qui ont permis d'obtenir l'information récoltée et analysée afin de produire le présent portrait du bassin versant de la rivière Châteauguay, il faudrait un document de plusieurs pages et les risques d'oublis seraient immenses. Nous nous contenterons donc d'énumérer les principales sources d'information :

        • Le MDDEP qui a transmis gracieusement plusieurs données sur le territoire et qui a réalisé l'Atlas du bassin versant de la rivière Châteauguay qui a été abondamment utilisé pour rédiger le présent portrait ;
        • Le MRNF qui a fourni des données géomatique et sur la biologie du bassin versant de la rivière Châteauguay ;
        • Le MAPAQ qui a fourni plusieurs cartes et des données sur l'agriculture qui occupe une grande place sur le territoire ;
        • Les municipalités et les MRC qui ont accepté de répondre à de nombreuses questions permettant de dresser un portrait plus précis de plusieurs aspects du portrait ;
        • Les organismes du milieu et les groupes de recherche qui ont été sollicités au fil des ans ;
        • Les membres du conseil d'administration et les employés de la SCABRIC.

        Équipe de réalisation

        Rédaction
        Geneviève Audet
        Agente de l'environnement, SCABRIC

        Planification et révision du contenu
        Félix Blackburn
        Directeur général, SCABRIC

        Cartographie
        Andrew Sullivan
        Technicien en géomatique, SCABRIC

        Jean Bapstiste Sarr
        Chargé de projet, SCABRIC

        Lecture d'épreuve et mise en page
        Marie-Claudette Lapointe
        Adjointe administrative, SCABRIC

        Comment citer ce document

        AUDET, G., BLACKBURN, F., SULLIVAN, A., SARR, J. B. ET LAPOINTE, M.-C., 2011.
        Portrait du bassin versant de la rivière Châteauguay. SCABRIC, Sainte-Martine (Québec), 289 p.

        Liste des Figure

        Portrait Figure 1

        Tab Title 2

        Your text...

         

        • INTRODUCTION

          L'eau est un élément essentiel à la vie qui est au cœur de l'équilibre des écosystèmes. Les travaux de la Commission sur la gestion de l'eau au Québec (BAPE, 2000) ont permis de prendre conscience de l'ampleur des défis liés à la question de l'eau. Cette commission a également souligné l'urgence de mettre en place un cadre approprié de gestion pouvant assurer la pérennité et la qualité de l'eau. Pour répondre à ces exigences, le gouvernement du Québec a adopté la Politique nationale de l'eau (Gouvernement du Québec, 2002) qui privilégie l'application de la gestion intégrée de l'eau par bassin versant.

        • 1. DESCRIPTION DES CARACTÉRISTIQUES PHYSIQUES DU TERRITOIRE ET DU MILIEU

          Dans cette section, vous trouverez une description des caractéristiques physiques du territoire et du milieu humain.

          • 1.1. SUPERFICIE TOTALE ET SUPERFICIE DES DIFFÉRENTS SOUS-BASSINS
            Il existe plusieurs versions des limites physiographiques du bassin versant de la rivière Châteauguay. La plus ancienne cartographie a été produite par la SCABRIC dans la création de son premier dépliant au cours des années 1990 (SCABRIC, 1995), puis de la carte du bassin versant créée en 2001 (Bolduc, S. et J. Hénen, 2001). Au début des années 2000, le MDDEP a produit un découpage des limites des bassins versants à l'échelle du Québec. Pour le bassin versant de la rivière Châteauguay, ce découpage était de précision moindre que la version du dépliant. Plus tard, vers 2004, le MAPAQ Montérégie-Ouest a produit son propre découpage des limites des bassins versants de son territoire, incluant celui de la rivière Châteauguay et de ses principaux affluents. À l'échelle de chacune des MRC, celles-ci ont produit les cartes de découpage des bassins versants qui sont nécessaires à l'application de leur réglementation respective. La représentation la plus récente du bassin versant de la rivière Châteauguay se retrouve dans l'Atlas du bassin de la rivière Châteauguay (Côté, M.-J., et al., 2006). Ce sont les limites présentées dans ce document qui seront utilisées pour l'ensemble des cartes présentées dans le portrait du bassin, sauf exception, par exemple pour les cartes provenant du MAPAQ.
          • 1.4. POPULATION

            La densité moyenne de la population québécoise dans le bassin versant de la rivière Châteauguay est d'environ 44 habitants par kilomètre carré. Comme l'illustre le tableau de la densité de population par MRC du territoire, cette densité est concentrée dans la zone urbaine de la MRC de Roussillon.

            Tableau 5 Densité de la population dans les MRC du bassin versant de la rivière Châteauguay en 2009 (Sources : MAMROT, 2009a; Côté, M.-J., et al., 2006)

            Tableau 005

            Tableau 6 Population dans les municipalités du bassin versant de la rivière Châteauguay en 2009. (Sources : MAMROT, 2009a; Côté, M.-J., et al., 2006)

            Tableau 006

          • 1.5. GÉOLOGIE ET PÉDOLOGIE
             Dans cette section, nous regarderons l'évolution du roc et du sol soit sa formation et les modifications.
          • 1.6. GÉOMORPHOLOGIE ET TOPOGRAPHIE

            Dans cette section, nous regarderons le profil et le relief du bassin versant de la rivière Châteauguay.

          • 1.7. CLIMAT

            Le bassin versant de la rivière Châteauguay est sous l'influence d'un climat de type modéré, sub-humide à saison de croissance longue. Cela se traduit généralement par des étés chauds et des hivers froids.

          • 1.8. HYDROGRAPHIE ET HYDROLOGIE

             

            Le bassin versant de la rivière Châteauguay est constitué essentiellement de rivières et de milieux humides, avec quelques lacs artificiels créés suite à l’installation de barrages. 

        • 2. DESCRIPTION DES ACTIVITÉS HUMAINES ET UTILISATIONS DU TERRITOIRE

          Dans cette section, vous trouverez une description des activités humaines ainsi que des utilisations du territoire.

          • OCCUPATION DU SOL

            Nous regarderons l'occupation du sol pour l'ensemble du bassin versant ainsi que pour la portion québécoise.

          • GRANDES AFFECTATIONS DU TERRITOIRE
            Le bassin versant de la rivière Châteauguay étant un territoire à vocation principalement agricole, nous regarderons les grandes affectations de ce territoire.
          • 2.1. SECTEUR MUNICIPAL

            Le milieu urbain couvre 3% du bassin versant de la rivière Châteauguay et abrite la plus grande partie de la population humaine du territoire.

          • 2.4. SECTEUR AGRICOLE

            Dans le bassin versant de la rivière Châteauguay, le bioclimat est de température modérée, les précipitations sont sub-humides et la saison de croissance est longue. Les précipitations annuelles moyennes varient de 918 mm/an à 1039 mm/an (Côté, M.-J., et al., 2006, p. 6). Sa situation géographique au sud du Québec et les conditions climatiques présentes implique que l'agriculture se pratique généralement d'avril à novembre, étant donné la neige présente au sol durant l'hiver. Cependant, les élevages et les serres, fonctionnent toute l'année.

            L'activité agricole y est prépondérante, occupant 59% de la portion québécoise du territoire (tableau 18, page 133 et figure 51, page 134) et générant des revenus d'environ 565 millions de dollars dans les 4 MRC du bassin versant (tableau 25) (MAPAQ, 2008a). D'autre part, les activités agricoles sont variées, comme l'indiquent les tableaux 26 et 27, p. 147 et tableaux 28 et 29, p. 155 mais les principales sont la production laitière et les grandes cultures de maïs et de soya.

            La SCABRIC n'a pas obtenu de données au sujet de l'utilisation des pesticides en agriculture dans le bassin versant de la rivière Châteauguay. De façon générale au Québec, on sait que les vergers, le maïs et le soya sont des cultures à forte quantité d'intrants (MDDEP, 2010a et MDDEP, 2010b).

            Tableau 25 Revenus et nombre de producteurs agricoles enregistrés dans les quatre MRC du bassin versant de la rivière Châteauguay déclarés en 2008 (MAPAQ, 2008a)

            Tableau 25

            Les données pour le bassin versant de la Châteauguay sont précises et ont été extraites par bassin versant. La répartition des types de cultures est présentée dans la figure 53. La SCABRIC a également eu accès aux données agglomérées pour les MRC et municipalités de la Montérégie Ouest. En se fiant aux données obtenues pour chacune des municipalités (données non présentées), on peut estimer que 73916 ha sont des superficies agricoles enregistrées dans le bassin versant de la rivière Châteauguay (MAPAQ, 2008a ; Sullivan, A., 2009). Cela correspond aux 59% obtenus par l'analyse de l'occupation du sol (tableau 18, page 133). Fait remarquable, toutes les municipalités du bassin versant de la rivière Châteauguay ont un bilan phosphore négatif (figure 54).

            En zone agricole dans la MRC de Roussillon, un plan de développement est en cours d'élaboration, le plan de développement de la zone agricole (PDZA). Ce plan est construit à l'aide d'une série de consultations publiques qui ont attirées 86 intervenants du milieu agricole qui se sont prononcés sur des enjeux clés, entre autres :

            - un aménagement intégré du territoire urbanisé et du territoire agricole ;
            - un paysage et un environnement valorisés. (Bégin, D., 2010)

            Figure 53 Classification de l'usage du territoire du bassin versant de la rivière Châteauguay à partir d'une image Landsat-TM du 14/08/2002 (MAPAQ, 2006)

            Figure 53

            Figure 54 Bilan phosphate au sol en Montérégie Ouest en 2006 (MAPAQ, 2006)

            Figure 54

          • 2.5. SECTEUR FORESTIER

            L'usage forestier est assez important, les superficies forestières couvrant environ 29% de la superficie du bassin versant de la rivière Châteauguay (tableau 34). La forêt y est essentiellement privée, à l'exception de certaines zones de conservation.

            Tableau 34 Peuplements forestiers du bassin versant de la rivière Châteauguay (AFM, 2009e, communication personnelle)

            Tableau 34

            Figure 68 – Répartition des peuplements forestiers dans le bassin versant de la rivière Châteauguay. (Pépin, J.-F., 2009b)

            Figure 68 modif

          • 2.7. SECTEUR RÉCRÉOTOURISTIQUE

            Les activités touristiques dans le bassin versant sont actuellement principalement orientées vers le tourisme d'excursion. La qualité de l'eau ne permet pas la baignade dans le bassin versant, même si certains s'y risquent sans surveillance. Toutefois, les activités de contact secondaire ou sans contact sont pratiquées en été, telles la pêche sportive et la navigation de plaisance (trois services de location d'embarcations non motorisées sont accessibles à Huntingdon, Sainte-Martine et Châteauguay sur le Lac St-Louis). La SCABRIC a développé, en 2000, un réseau d'accès publics à la rivière, avec des panneaux d'interprétation, entre la frontière des États-Unis et le village d'Howick. La municipalité de Sainte-Martine a son propre quai public accessible au parc municipal. Un projet permettant de compléter le réseau d'accès jusqu'à l'embouchure de la rivière à Châteauguay (figure 70, p. 172) n'a toujours pas trouvé l'ensemble du soutien financier requis. Les activités hivernales pratiquées sur la rivière Châteauguay sont concentrées dans la municipalité de Sainte-Martine avec le patinage, la glissade et la pêche sur glace (Municipalité de Sainte-Martine, 2010).

            La rivière Châteauguay est identifiée par Tourisme Suroît comme un axe de développement touristique privilégié dans la CRÉVHSL et par le PALÉE du Haut-Saint-Laurent (Tourisme Suroît, 2009a; CLD du Haut-Saint-Laurent, 2009a).

        • 3. DESCRIPTION DU MILIEU BIOLOGIQUE

          Par sa position géographique, à l'extrême sud-ouest du Québec, le bassin versant de la rivière Châteauguay est dans la région bioclimatique la plus diversifiée de la province. Les espèces animales et floristiques qu'on y retrouve profitent des conditions les plus favorables du Québec pour croître et se reproduire. Par contre, ces mêmes espèces se situent dans la zone la plus utilisée de la province. Les usages anthropiques entrainent souvent des conséquences qui limitent la biodiversité.

          D'après la Stratégie canadienne de la biodiversité publiée par le Réseau canadien d'information sur la biodiversité (RCIB, 1998) :

          Dans les temps modernes, la réduction de la biodiversité au Canada est surtout attribuable aux activités humaines. Les impacts cumulatifs de l'industrie, de l'agriculture, de l'exploitation forestière, de la pêche commerciale, de l'étalement urbain, de l'aménagement de corridors de transport et de notre forte consommation de ressources par habitant ont entraîné la dégradation des écosystèmes et des habitats et la réduction du nombre d'espèces et de leur diversité génétique. Les écosystèmes et l'habitat sont aussi détériorés par la pollution, par l'introduction d'espèces étrangères et par la fragmentation résultant d'une foule d'aspects de l'activité humaine.

          Ces constats s'appliquent tous au bassin versant de la rivière Châteauguay. En plus des espèces indigènes présentes sur le territoire, certaines espèces ont été introduites par l'activité humaine, les espèces dites exotiques envahissantes, qui menacent la survie de certaines espèces indigènes (voir la section 3.1.1.3, p. 185).

          Lorsque l'on observe le bassin versant de la rivière Châteauguay à vol d'oiseau (figures 51 et 53, p. 134 et 145), on ne peut que constater à quel point les milieux naturels sont fragmentés dans le paysage. Le bassin versant de la rivière Châteauguay ne fait donc pas exception à cette tendance lourde au Canada, d'autant qu'il est situé dans la partie la plus densément peuplée du Québec.

          Le bassin versant de la rivière Châteauguay est entièrement située dans la zone de végétation tempérée nordique, plus précisément dans le domaine bioclimatique de l'érablière à caryer cordiforme. Par la combinaison des facteurs climatiques, géologiques, physiographiques et hydrographiques, c'est dans cette région qu'on retrouve le plus grand nombre d'espèces au Québec. De façon générale, on connaît peu les éléments de la biodiversité au Québec (l'ensemble des espèces, les communautés naturelles et les assemblages fauniques), car les données existantes concernent surtout les espèces en péril, ainsi que quelques habitats fauniques. Selon l'Atlas de la biodiversité du Québec, le domaine bioclimatique de l'érablière à caryer cordiforme est la seule région naturelle où l'on retrouve plus de 50% de toutes les espèces menacées ou vulnérables du Québec, celles-ci étant essentiellement à la limite nord de leur aire de répartition. À partir des données existantes, l'analyse des points chauds de la biodiversité, autant pour sa richesse que pour sa rareté des espèces dans une perspective québécoise, indiquent que le territoire est de riche à très riche. Il contient donc plusieurs points d'intérêt pour la conservation au Québec, mais non dans une perspective internationale. (Tardif, B., G. Lavoie et Y. Lachance, 2005).

          • 3.1. ÉCOSYSTÈMES TERRESTRES

            Les écosystèmes terrestres du bassin versant de la rivière Châteauguay sont caractérisés par leur biodiversité. Ils abritent plusieurs espèces animales et végétales, soit environ 453 espèces animales vertébrées (en excluant les arthropodes), dont 39 sont en péril, et une proportion probablement élevée (car une revue exhaustive serait nécessaire) des 2543 plantes vasculaires décrites ou citées dans la Flore laurentienne (Marie-Victorin, Frère, et al., 2002), dont au moins 73 espèces en péril essentiellement retrouvés dans certains des 31 écosystèmes forestiers exceptionnels identifiés sur le territoire. Évidemment, toutes les espèces ont besoin d'eau, pour survivre et pour compléter leur cycle vital. Les Espèces animales et floristiques présentées incluent à la fois les espèces uniquement terrestres et les espèces aquatiques. Les espèces uniquement aquatiques ont été extraites à partir des données suivantes et sont présentées à la section 3.2, p. 198.

          • 3.2. ÉCOSYSTÈMES AQUATIQUES

            Parmi toutes les espèces présentes sur le territoire du bassin versant, les espèces aquatiques sont, par définition, plus exposées aux effets des modifications apportées par les activités humaines à l'eau. Les espèces aquatiques, identifiées dans les tableaux suivants, ont un lien direct avec l'eau, soit qu'elles vivent littéralement dans l'eau, comme les plantes aquatiques, les poissons, les salamandres, soit elles utilisent les cours d'eau dans une partie importante de leur habitat (reproduction, alimentation). Par exemple, les salamandres de ruisseaux, telles les salamandres sombres des montagnes et les salamandres pourpres, ont besoin des résurgences qui sont des ruisseaux intermittents présents sur la Covey Hill, pour répondre à leurs besoins. Elles ont toutes des besoins particuliers à combler, ce qui requiert que ces caractéristiques doivent être préservées pour continuer à héberger la variété d'espèces retrouvées. Les données actuellement recueillies identifient 49 espèces de plantes aquatiques ou palustres (tableau 50, p. 206), 72 espèces de poissons indigènes, 21 espèces d'amphibiens, 12 espèces de reptiles, 37 espèces d'oiseaux et 35 espèces de mammifères aquatiques ou palustres (Tableau 47, p. 200). En plus des espèces plus communes, certaines espèces en péril sont associées à l'eau, soit 33 espèces animales (tableau 48, p. 204) et 47 espèces végétales (tableau 51, p. 208), qui ont été extraites des listes d'espèces en péril décrites dans les tableaux 41 et 43, p. 180 et 190 des sections 3.1.1.2, p. 178 et 3.1.2.3, p. 189. En plus de ces espèces, on commence à identifier certaines espèces exotiques envahissantes, dont au moins 15 plantes aquatiques, 5 invertébrés et 17 poissons (Tableau 42, p. 186).

        • 4. DESCRIPTION DES ACTEURS, DES USAGERS ET DES USAGES DE L’EAU

          Le bassin versant de la rivière Châteauguay est caractérisé non seulement par sa diversité biologique, mais également par la diversité des acteurs, des usages et des usagers de l’eau.

          La présente section se veut un résumé descriptif de ces forces du milieu et de sa dynamique. 

          • 4.1. DESCRIPTION DES ACTEURS DE L’EAU PRÉSENTS SUR LE TERRITOIRE DU BASSIN VERSANT

            Pour chacun des acteurs de l'eau qui sont présentés dans les sections 4.1.1 à 4.1.5, la description tente de décrire la mission des acteurs et leurs actions, leur lien avec la gestion intégrée de l'eau du bassin versant (GIEBV) de la rivière Châteauguay et la manière dont ils peuvent contribuer à la GIEBV.

          • 4.2. USAGES DE L’EAU

            Les usages de l'eau et les usages du territoire sont intimement liés. Les divers usages du territoire ont été décrits dans la section 2, p. 133. Les prochaines sections décrivent les usages passés de l'eau (section 4.2.1) et le lien avec la qualité de l'eau mesurée dans les dernières années, les usages actuels de l'eau (section 4.2.2) et les usages futurs prévus ou les tendances pour les futurs usages de l'eau (section 4.2.3).

        • RÉFÉRENCES
    • Diagnostic
      • Bassin Versant de la rivière Châteauguay

        icon-plandir

        Télécharger en format PDFAdobe-PDF-Document-icon

        Télécharger en format PDFAdobe-PDF-Document-icon

        Télécharger en format PDFAdobe-PDF-Document-icon

        Note au lecteur

        Données présentées

        Les données présentées dans le portrait du bassin versant de la rivière Châteauguay proviennent d'une multitude de sources, comme l'indique la liste des références en fin de document. Les données ont été recueillies à des échelles variables de référence au territoire. Par exemple, certaines données sont à l'échelle des municipalités, d'autres sont à l'échelle des MRC, d'autres sont à l'échelle du bassin versant, d'autres sont à l'échelle de la Zone Châteauguay suite au redécoupage du Québec méridional, en zones de gestion intégrée de l'eau, d'autres encore sont à l'échelle 1 : 20 000, etc. Les données n'ont pas toutes la même précision. Certaines données proviennent de campagnes d'échantillonnage structurées et précises, alors que d'autres ont été récoltées de façon ponctuelle lorsqu'une occasion se présentait ou proviennent d'observations personnelles de citoyens informés du territoire. Certaines données présentées s'appliquent à plus d'une catégorie et sont parfois calculées en double. Certaines données sont vieilles de plusieurs années (plus de 25 ans), tandis que d'autres sont plutôt récentes (moins de 5 ans).
        En raison de toutes ces disparités de sources, d'échelle, de précision, de classification et de temps, il arrive que l'on présente deux données pour la même information ou que la somme des pourcentages équivalent à plus de 100%. D'autre part, les données présentées sont parfois arrondies à la décimale près, ce qui peut entraîner des discordances dans les additions des chiffres présentés.
        C'est le meilleur portrait qu'il a été possible de dresser à partir des données colligées au moment de la rédaction.
        Bonne lecture!

        Remerciements

        Pour réussir à remercier réellement tous les intervenants qui ont été contactés au cours des recherches qui ont permis d'obtenir l'information récoltée et analysée afin de produire le présent portrait du bassin versant de la rivière Châteauguay, il faudrait un document de plusieurs pages et les risques d'oublis seraient immenses. Nous nous contenterons donc d'énumérer les principales sources d'information :

        • Le MDDEP qui a transmis gracieusement plusieurs données sur le territoire et qui a réalisé l'Atlas du bassin versant de la rivière Châteauguay qui a été abondamment utilisé pour rédiger le présent portrait ;
        • Le MRNF qui a fourni des données géomatique et sur la biologie du bassin versant de la rivière Châteauguay ;
        • Le MAPAQ qui a fourni plusieurs cartes et des données sur l'agriculture qui occupe une grande place sur le territoire ;
        • Les municipalités et les MRC qui ont accepté de répondre à de nombreuses questions permettant de dresser un portrait plus précis de plusieurs aspects du portrait ;
        • Les organismes du milieu et les groupes de recherche qui ont été sollicités au fil des ans ;
        • Les membres du conseil d'administration et les employés de la SCABRIC.

        Équipe de réalisation

        Rédaction
        Geneviève Audet
        Agente de l'environnement, SCABRIC

        Planification et révision du contenu
        Félix Blackburn
        Directeur général, SCABRIC

        Cartographie
        Andrew Sullivan
        Technicien en géomatique, SCABRIC

        Jean Bapstiste Sarr
        Chargé de projet, SCABRIC

        Lecture d'épreuve et mise en page
        Marie-Claudette Lapointe
        Adjointe administrative, SCABRIC

        Comment citer ce document

        AUDET, G., BLACKBURN, F., SULLIVAN, A., SARR, J. B. ET LAPOINTE, M.-C., 2011.
        Portrait du bassin versant de la rivière Châteauguay. SCABRIC, Sainte-Martine (Québec), 289 p.

        Liste des Figure

        Portrait Figure 1

        Tab Title 2

        Your text...

         

        • 1. ÉROSION ET SÉDIMENTATION

          Dans cette section, vous trouverez une description de l'érosion et de la sédimentation du bassin versant de la rivière Châteauguay.

           

          • 1.2. ANALYSE

            Dans cette section, vous trouverez une analyse des conditions intrinsèques, des modifications anthropiques et des impacts appréhendés.

          • 1.5 CONSTATS
            Les citoyens du territoire considèrent qu'il est très important de se préoccuper des problèmes liés à l'érosion, mais les données utiles disponibles sont limitées. On possède des données de suivi intéressantes au niveau de la qualité de l'eau. On a croisé les données disponibles à partir d'un modèle d'élévation afin d'identifier les pentes de plus de 3˚ sur le territoire et établi un lien avec l'occupation du sol et le type de sols friables. D'après ces analyses, certaines des municipalités de chacune des MRC du bassin versant contiennent des secteurs propices à l'érosion, mais le potentiel d'érosion est plus grand dans les municipalités de Franklin, Havelock, Saint Chrysostome, Sainte-Clotilde, Saint-Patrice-de-Sherrington et Saint-Rémi (tableau 1, p. 10 et figures 4 et 5, p. 8 et 9). Pour compléter cette analyse, on devrait considérer les données concernant l'état des bandes riveraines et des haies brise-vent, mais elles sont très limitées et ne sont pas intégrées (Figure 3). De même, les données pertinentes en lien avec les nettoyages de cours d'eau autorisés par les MRC du territoire (fréquence des demandes, localisation des demandes, formation des responsables des nettoyages et des entrepreneurs qui en font la mise en œuvre, etc.) devraient être compilées. Le potentiel érosif des ponts et ponceaux situés sur le territoire aurait également intérêt à être ajouté à cette série d'information. Le traitement et l'acquisition des données pertinentes, devra être structuré afin d'être intégrer à une seule base de données informatisées.

            Figure 3 Secteurs étudiés pour la qualité des bandes riveraines et la présence de haies brise-vent dans le bassin versant de la rivière Châteauguay
            (Sullivan, A. 2010a)

            Figure 3

        • 2. QUALITÉ DE L'EAU DE SURFACE

          Dans cette section, vous trouverez une description de la problématique de la qualité de l'eau de surface au niveau de la pollution agricole, urbaine et résidentielle.

          • 2.1. POLLUTION AGRICOLE

            Dans cette section, nous traiterons de la problématique de la pollution agricole :

            • sa définition;
            • son analyse;
            • l'état des connaissances
            • La priorité perçue de la problématique et besoins des acteurs; et
            • les constats.
          • 2.2. POLLUTION URBAINE ET RÉSIDENTIELLE

            Dans cette section, nous traiterons de la problématique de la pollution urbaine et résidentielle :

            • sa définition;
            • son analyse;
            • l'état des connaissances
            • La priorité perçue de la problématique et besoins des acteurs; et
            • les constats.
        • 3. VULNÉRABILITÉ DE L'EAU SOUTERRAINE À LA CONTAMINATION

          Dans cette section, nous traiterons de la problématique de la vulnérabilité de l'eau souterraine à la contamination :

          • sa définition;
          • son analyse;
          • l'état des connaissances
          • La priorité perçue de la problématique et besoins des acteurs; et
          • les constats.
          • 3.2. ANALYSE

            Dans cette section, nous allons traiter de la problématique de l'analyse de la vulnérabilité de l'eau souterraine à la contamination tels que :

            • Des conditions intrinsèques qui influencent la vulnérabilité à la contamination de l'eau souterraine;
            • Les usages font les risques dans certains secteurs;
            • Les impacts appréhendés.
          • 3.5. CONSTATS

            Avec les données actuellement disponibles, la vulnérabilité de l'aquifère régional à la contamination de l'eau souterraine est bien définie (Portrait, section 1.8.4.3). Par contre, la protection de l'aquifère régional n'est nullement assurée, car ni les outils de planification du territoire ni les plans de mesures d'urgence n'incluent cette préoccupation (Portrait, section 4.2.2.1.6), malgré que 14 municipalités ont sur leur territoire des secteurs très sensibles à la contamination (tableau 9, p. 46). Afin de faciliter l'inclusion de ces informations dans les outils adéquats, une cartographie interactive, exhaustive et flexible, serait nécessaire.

        • 4. DISPONIBILITÉ DE L'EAU SOUTERRAINE

          Dans cette section, nous traiterons de la problématique de la disponibilité de l'eau souterraine tels que :

          • Une définition;
          • Une analyse;
          • L'état des connaissances;
          • La priorité perçue de la problématique et besoins des acteurs;
          • Les constats.
          • 4.2. ANALYSE

            Dans cette section, nous allons traiter de la problématique de l'analyse de la disponibilité de l'eau souterraine :

            • des conditions intrinsèques qui influencent la quantité d'eau souterraine disponible;
            • le cumul des usages font les conflits dans certains secteurs;
            • les impacts appréhendés.
          • 4.5. CONSTATS

            Les citoyens sont préoccupés par les conflits d'usages en lien avec la disponibilité de l'eau souterraine, ce qui prend tout son sens lorsqu'on considère que deux secteurs sont déjà aux prises avec de tels conflits, soit Mercier et Franklin. Selon les données de vulnérabilité de l'aquifère régional (Portrait, section 1.8.4.3) et d'utilisation de l'eau souterraine (Portrait, section 4.2.2), 13 autres municipalités dans 3 des MRC du bassin versant pourraient développer de tels conflits (tableau 12, p. 53). Il est encore possible de prévenir les conflits éventuels en planifiant l'utilisation de l'eau souterraine localement. Pour ce faire, on doit utiliser les outils à la disposition du MDDEP, qui devra travailler en collaboration avec les MRC et les municipalités afin d'accorder les permis de captage en fonction de la légitimité des usages et pour réduire ou retirer les permis déjà accordés, au besoin. Les lignes directrices pour cette attribution des permis sont esquissées dans la procédure établie pour les autorisations de captage d'eau découlant de la récente Loi de l'eau (2009) (Cantin-Cumyn, M., 2010). De plus, l'attribution des permis doit être doublée d'un système transparent de suivi des quantités captées par les usagers. D'autre part, ces conflits seront exacerbés par les impacts potentiels des changements climatiques sur la diminution de la recharge.

        • 5. DÉCLIN DE LA BIODIVERSITÉ

          Dans cette section, nous traiterons de la problématique du déclin de la viodiversité :

          • sa définition;
          • son analyse;
          • l'état des connaissances
          • La priorité perçue de la problématique et besoins des acteurs; et
          • les constats.
          • 5.2. ANALYSE

            Dans cette section, nous allons traiter de la problématique du déclin de la biodiversité:

            • des conditions intrinsèques qui influencent la biodiversité;
            • le cumul des usages entre en conflits avec le maintien de la biodiversité;
            • les impacts appréhendés.
          • 5.5. CONSTATS

            Le comité technique a souligné l'importance de considérer le déclin de la biodiversité dans le plan directeur de l'eau. Les éléments de la biodiversité devraient être conservés dans les endroits stratégiques, tant en milieu terrestre et humide (tableau 13, p. 61) que dans certains cours d'eau (tableau 14, p. 62). Ces endroits stratégiques sont principalement concentrés près de la frontière des États-Unis et à l'embouchure du bassin versant. D'autre part, on doit chercher à établir des corridors afin de faciliter les échanges génétiques des espèces entre les endroits stratégiques conservés. Également, dans les secteurs où la diversité biologique est moindre, on devrait travailler à améliorer les conditions favorisant la biodiversité. Pour y parvenir, on doit prévoir des mesures de cohabitation permettant l'amélioration d'habitats pour certaines espèces ainsi que l'amélioration de la qualité du milieu (qualité de l'eau, nourriture, abris, etc.).

        • 6. ACCÈS AUX COURS D'EAU

          Dans cette section, nous traiterons de la problématique de l'accès aux cours d'eau :

          • sa définition;
          • son analyse;
          • l'état des connaissances
          • La priorité perçue de la problématique et besoins des acteurs; et
          • les constats.
          • 6.2. ANALYSE

            Dans cette section, nous allons traiter de la problématique de l'accès aux cours d'eau:

            • des conditions historiques qui limitent l'accès aux cours d'eau;
            • un contexte actuel favorable;
            • les impacts appréhendés.
          • 6.5. CONSTATS

            Pour redonner l'accès aux cours d'eau, il suffit de poursuivre le réseau d'accès publics afin de compléter le réseau de Sainte-Martine à Châteauguay (figure 24, p. 66), tout en maintenant le réseau déjà existant entre Sainte-Martine et la frontière des États-Unis sur l'axe de la rivière Châteauguay (Portrait, section 2.7). On devra également s'assurer de respecter le débit réservé écologique (Portrait, section 1.8.1.2.2.3) minimum, ce qui permettra également de maintenir ces activités récréotouristiques.

        • 7. INONDATIONS

          Dans cette section, nous traiterons de la problématique des inondations :

          • sa définition;
          • son analyse;
          • l'état des connaissances
          • La priorité perçue de la problématique et besoins des acteurs; et
          • les constats.
          • 7.2. ANALYSE

            Dans cette section, nous allons traiter de la problématique des inondations :

            • des conditions intrinsèques qui influencent les inondations dans le bassin versant;
            • les inondations étant prévisibles, de nombreuses méthodes de surveillance, de prévention et d'intervention sont mises en oeuvre;
            • les impacts appréhendés.
          • 7.5. CONSTATS

            Les niveaux d'eau ont avantage à être suivies afin d'éviter au maximum les dégâts causés par les inondations récurrentes dans le bassin versant de la rivière Châteauguay (Portrait, section 1.8.1.2), ce que plusieurs municipalités font déjà, ce qui est décrit dans leur plan de mesures d'urgence (Portrait, section 4.2.2.1.6). Les municipalités qui n'ont pas de plan de mesures d'urgence auraient avantage à s'en doter d'un intégrant la prévention des inondations à l'aide d'un système de suivi en temps réel. L'ensemble des plans aura avantage à intégrer la probabilité d'aggravation des conditions génératrices d'embâcles découlant des changements climatiques (Leclerc, M. et al., 2006).

            D'autre part, il existe un besoin de données précises dans la délimitation des zones inondables à une échelle fine pour l'application sur le terrain. Il existe plusieurs freins à l'obtention d'une telle cartographie de haute précision.

            Figure 25 Zones inondables dans le bassin versant de la rivière Châteauguay (Sarr, J. B. et Sullivan, A., 2010i)

            Figure 25

        • 8. TABLEAUX SYNTHÈSE PAR CATÉGORIE

          La section 8 présente, sous forme de tableaux, la synthèse des éléments importants présentés dans les sections précédentes.

        • RÉFÉRENCES

          Dans cette section, vous trouverez les références citées, les communications personnelles citées ainsi que les sources des figures et tableaux créés par la SCABRIC.

    • Plan d'action
    • Affiches synthèses du plan directeur de l'eau
  • Documentation
     
  • Articles
  • Nouvelles
  • Contenu divers
  • Formulaires